Orphélie Thalmas, jeune ivoirienne passionnée d’art et de culture, écrit des articles régulièrement sur la plateforme d’information et de divertissement, Rythmes d’Afrique, Racines (RAR), son blog, qui lui a valu des reconnaissances nationale et internationale. En dehors de la communication event et des couvertures presse sur tout ce qui fait l’actualité de l’art et la culture en Côte d’Ivoire en particulier et en Afrique en général, le blog propose des reportages vidéos. Expositions, festivals, conférences de presse, interviews…, RAR est sur tous les fronts, tant qu’il s’agit d’Art et de Culture. Orphélie est également une grande amoureuse de la bonne musique, ses écouteurs dans les oreilles et scotchée à son ordi, on la retrouve dans les locaux de TRACE FM Côte d’Ivoire, animant « ses communautés » sur les réseaux sociaux. Yep, vous l’avez deviné ! Nous allons à la rencontre de la Community & Digital Manager de la 95.0 FM. Vous êtes sur la bonne fréquence, on y va c’est parti ! 😉

Comment Orphelie est-elle devenue Community Manager ?

Etant passionnée par le Journalisme (même si j’ai opté pour le Droit comme filière de formation), j’ai écrit à TIPS MAG pour un stage de rédactrice dans le but d’avoir une expérience dans une Rédaction. C’est ainsi que je suis devenue rédactrice et community manager pour TIPS MAG. Au début, je ne savais pas que c’était être CM. J’avais pour mission de gérer la page du magazine et de créer de l’interaction avec des sujets diversifiés. A cette époque, je ne savais pas que le métier de CM impliquait beaucoup d’autres éléments. C’est au fur et à mesure que j’apprenais en me documentant pour m’améliorer au quotidien. La rigueur du DG de TIPS MAG à l’époque, sur les publications m’a permis de comprendre qu’il fallait me préparer en amont avant de réaliser une publication, faire de la veille… J’ai aussi pu comprendre l’importance d’animer une page régulièrement car elle permet d’entretenir la communauté, de créer l’engagement et de pouvoir communiquer sur les supports du mag.
Voilà, tout a débuté avec TIPS MAG…

Si Orphelie était un objet ou un outil du quotidien dans l’exercice de son métier, lequel sera-t-elle ?

Je dirais un appareil photo, pour moi le visuel est très important. Car si nous souhaitons toucher notre cible, créer de l’engagement pour moi, c’est tout d’abord une belle image. Une image « parle » plus qu’un long texte.

Quelles sont les missions de Orphelie en tant que DM (Digital Manager) au sein de TRACE Côte d’Ivoire?

Ma mission première est d’élaborer des stratégies et de les mettre en oeuvre pour les plateformes de communication de TRACE Côte d’Ivoire en tenant compte de la stratégie globale de communication de TRACE World. Il faut préciser que j’ai une double casquette à la fois digital manager et community manager . Je travaille en étroite collaboration avec le graphiste, qui maitrise notre charte graphique et s’occupe de la réalisation des contenus photos et vidéos en fonction des briefs et campagnes à réaliser.

La seconde est d’être le garant de la notoriété de la marque TRACE Côte d’Ivoire à travers Internet, dans l’environnement ivoirien. Par l’animation de nos différentes communautés afin de créer de l’engagement et de les fidéliser.

La troisième  est d’analyser, de faire une étude d’audience, de voir les campagnes et actions qui ont été une réussite et celles qui n’ont pas fonctionné, ensuite élaborer des actions correctives pour les prochaines campagnes.

En quoi consiste la journée typique de Orphelie ?

Ma journée débute à parti de 8H30, par la vérification des messages reçus inbox sur les différentes pages de la marque et par la réponse à ses différentes requêtes.

Je programme la veille, les publications récurrentes de la journée. Ce qui me permet de gagner en efficacité et d’avoir une meilleure visibilité sur le reste des actions de la journée. Il peut s’agir d’émissions, de souhaits de vœux d’anniversaires aux stars ou personnalités à connaitre ou mettre en avant…
Je suis également chargée de rédiger des articles sur l’actu people. Pour ce faire, j’effectue de la veille (des recherches) sur plusieurs sites afin d’avoir les infos nécessaires à la rédaction des articles que vous pouvez retrouvez sur www.trace.ci.

En dehors de faire la relation client via les messages inbox sur les réseaux sociaux, la rédaction d’articles, je suis également chargée d’animer la page Facebook par des jeux, des questions,… pour créer de l’engagement. Je travaille en étroite collaboration avec mon graphisme. On se partage les idées, on crée, on innove en proposant à nos communautés de nouvelles choses, de nouveaux jeux, qui pourraient susciter leur intérêt.

Qu’est-ce que Orphelie aime le plus dans son métier ?

J’aime le dynamisme de mon métier. Ce n’est pas un métier figé.  Il y a toujours quelque chose de nouveau à tester, à apprendre et à découvrir. Et cela m’amène à développer une polyvalence en compétences : rédactionnelles, relation client, marketing… Ce n’est pas évident, mais c’est plaisant parce qu’on apprend continuellement.

Egalement, les messages des fans qui expriment leur joie sur les jeux, l’animation et les notes vocales. Ça fait plaisir de savoir que les fans apprécient nos différentes animations et les jeux que nous réalisons sur nos différentes plateformes. Malheureusement, ce n’est toujours pas rose, car il y a aussi des plaintes de fans, qui ne sont pas souvent éloquents mais il faut garder le calme, savoir qu’on représente une marque et répondre avec diplomatie.

Où Orphelie se voit-elle dans 5 ans ?

Je me vois toujours dans le Digital, même si j’ai une autre corde à mon arc, car par ma formation d’origine, le Droit, je souhaite également m’investir dans la promotion des droits humains. Mais je n’abandonnerai pas pour autant le Digital, car je suis une blogueuse.  Mon site d’art et culture se développe. Et je suis tombée amoureuse de ce média qui n’est pas du tout classique.

Quelle est la plus belle campagne réalisée par Orphelie ? 

Difficile de répondre… Il faut préciser que nos campagnes sur les différentes plateformes de TRACE Côte d’Ivoire ne sont pas sponsorisées. C’est notre choix et nous en sommes fiers. Modestie mise à part, toutes nos campagnes ont été belles parce que nous avons pu atteindre les objectifs fixés.

La campagne dont je suis personnellement fière est « We Love Bassam », que nous avons mis en place suite au drame survenu à Bassam. Nous nous sommes dit qu’étant un média fort et beaucoup suivi, il faudrait que notre prise de parole soit différente, c’est à dire pas un simple visuel pour exprimer notre compassion, mais aller bien au delà de cela. L’idée a été de mobiliser les artistes locaux et internationaux que nous connaissons pour réaliser des messages de soutien, de compassion. Les artistes se sont investis et nous avons eu de belles vidéos que nous avons compilées et publiées sur nos canaux.
We love Bassam

En dehors de cette campagne, à TRACE, nous avons les « exclus » (exclusivités, ndlr)  pour nos fans. Nous avons été le premier média ivoirien à avoir en « exclu » des images du clip « Approchez regardez » de Kiff No Beat et aussi l’info selon laquelle Youssoupha s’est installé à Abidjan.
capture-decran-2016-10-27-a-09-10-07

En dehors de Trace Côte d’Ivoire, comment évolue le projet Rythmes d’Afriques, Racines (RAR) d’Orphelie ? 

Comme on le dit : « Le cordonnier est toujours mal chaussé. » Cette citation se vérifie avec mon projet. Je suis beaucoup plus focus sur Trace Côte d’Ivoire au point de le négliger à certains moments. Aujourd’hui, des contributeurs publient régulièrement des billets ce qui permet de maintenir une certaine cadence.
Les réseaux sociaux sont utilisés pour diffuser les différents articles publiés sur le site web. Même si nous n’organisons plus de jeu comme auparavant. Mais par contre, il y a une nouveauté : c’est la vidéo qui montre le dynamisme d’Abidjan en terme d’activité culturelle, puriste et urbaine. Ce que je fais, c’est de me conduire en guide dans la ville d’Abidjan, dans des vidéos colorées avec de la bonne musique.

Orphelie Talmas
J’espère partir encore plus au-delà d’Abidjan. Ce que j’ai fait avec le CHALE WOTE STREET à Accra.
Aujourd’hui nous restons focus sur la qualité de nos productions et après la communication suivra. Pas facile mais nous tenons et avec la passion nous allons y arriver.


Merci Orphelie pour ce riche entretien.

C’est plutôt moi qui vous remercie. J’espère avoir pu aider et contribuer à faire connaître le métier de community manager.

On espère que vous avez apprécié cet agréable moment d’échanges avec la mélodieuse Orphelie 😉 On se dit, à très vite pour une nouvelle rencontre avec…